fr
en

Deutschland

Italia

España

United Kingdom

United States

中国

Lietuva

GUIDE D’ACHAT: MODULES THERMIQUES

Christian Rysgaard fait un résumé des produits les plus demandés dans le monde des modules thermiques frontaux

Les modules à imagerie thermique Pulsar Krypton FXG50 and Proton FXQ30 ont été testés par la revue anglaise de référence www.rifleshootermagazine.co.uk et nous sommes fiers de publier le test des modules thermiques les plus populaires rédigé par Christian Rysgaard (@jagtglimt)

J’ai vu beaucoup de fabricants d’optiques à vision nocturne sortir de nouveaux modules thermiques dernièrement. Certaines de ces solutions sont des kits de conversion complète où la même optique thermique peut être utilisée pour l’observation, en tant qu’optique dédiée au fusil ou bien couplée en tant que module à votre optique de jour.

La technologie de base de la lentille, du capteur et de l’écran est exactement la même; seul l’oculaire ou le montage diffère. Personellement, je n’ai pas passé beaucoup d’heures avec un système de couplage car j’ai un fusil dédié à la chasse nocturne et je préfère utiliser des lunettes de visée infrarouge dédiées. Mais j’ai pu avoir accès aux cinq meilleurs modules thermiques du marché en ce début 2021.

C’est l’hiver, nous sommes sous quarantaine à cause du Covid-19 et la loi danoise impose que les modules soient testés seulement au stand de tir. Donc, même si ces tests sont en grande partie pratiques, ils ne se déroulent malheureusement pas lors d’une vraie partie de chasse. Hélas, mon scénario rêvé comportant un chevreuil en plein jour et un sanglier la nuit devra attendre la Suède cet été !

Tous les modules ont été testés sur le stand de tir avec ma lunette de jour Leupold VX-6HD 3-18x50. C’est un appareil testé et éprouvé qui est bien adapté aux prises de vue longue distance. Je n’ai pas besoin de la lunette d’observation quand je tire à 200m. Mais même à 3×, le grossissement est un tout petit peu trop grand pour voir les coins de l’écran sur chacun des cinq modules.

À propos de la note sur les adaptateurs, le grossissement et les lunettes de visée, je me suis tourné vers Blaser Group. Ils m’ont prêté leur lunette adaptée à la battue Blaser 1–7x28iC assortie de leur tout nouvel adaptateur pour module thermique BL52. Et cela fait une incroyable différence pour un module thermique ! Les faibles valeurs de grossissement, combinées à une boîte de vison grande et nette, rendent ce type d’optique parfaitement adaptée à l’ajout d’un module thermique. C’est incontestablement l’adaptateur pour module le plus solide et le plus pertinent que j’aie eu jusqu’ici. Un petit filetage s’attache sur le bas du rail de la lunette et est utilisé par un mécanisme de fermeture bien conçu et sans accroc pour offrir une base extrêment solide, qui peut être démontée, remontée et secouée, le tout sans absolument aucune incidence sur le point d’impact !

Blaser produit trois modèles de cet adaptateur : le M30, le M43 et le M52, et vous pourrez trouver des convertisseurs de filetage pour permettre le montage d’autres appareils avec cet adaptateur, y compris les modules thermiques Pulsar.


PULSAR KRYPTON FXG50

Pulsar a sorti son module thermique Krypton en 2020, arborant un objectif 50 mm, placée devant un capteur thermique 640 × 480 pixels au pas de pixel de 12μm.

L’image est affichée sur un écran ‘monochrome’ de haute résolution et alimenté par le pack batterie IPS7 standard de Pulsar. Sa haute autonomie lui permet une utilisation sans interruption de 8 heures, et il peut être rempacé à chaud sur le terrain.



Boîtier

L’appareil est fait d’un alliage de magnésium et peut supporter l’énergie de recul de fusils de haut calibre. Sur le côté droit se trouve un petit rail Picatinny monté sur des nervures de refroidissement et un port mini-USB pour la charge et la connexion de données. Sur le dessus se trouvent quatre boutons et la mise au point manuelle. Le côté gauche est occupé par le pack batterie IPS7.

Objectif

L’objectif 50 mm a une focale F50/1.2 pour un champ de vision horizontal minimum de 15,4 m à une distance de 100 m. Grâce à la haute résolution de son capteur, ce module thermique est tout à fait adapté à des détections à longue distance, et pourrait sembler étrange pour des distances courtes, car il perdrait un peu de sa vue d’ensemble.

Capteur

Le capteur est doté d’une résolution de 640 × 480 pixels pour un pas de pixel de 12 μm et détient assez de puissance pour percevoir des écarts de température à de grandes distances – le meilleur est à voir dans le test.

Écran

Le Krypton possède un écran AMOLED 1746 × 1000. À ma grande surprise, Pulsar utilise un écran monochrome, mais des réglages normaux comme blanc chaud ou noir chaud fonctionnent parfaitement sur cet écran et l’image est parfaitement nette dans la lunette.

J’ai vraiment remarqué ceci seulement à cause des menus affichés dans la même couleur que l’arrière-plan, et le rouge chaud que je favorise d’habitude pour un mode de détection rapide n’était pas disponible. Pulsar a expliqué ceci par l’optimisation de l’écran pour le rendu en sous-pixels – plutôt que d’afficher des couleurs fausses pour des températures différentes, ce qui demande d’utiliser quatre LED pour chaque pixel, ils ont choisi d’utiliser deux LED pour chaque pixel, une intensité de couleur indiquant l’échelle de température. Ceci double effectivement la résolution de l’écran, d’où la clareté de l’image que votre lunette observe. Cela me convient, mais c’est quelque chose que je n’ai vu nulle part ailleurs.

Montage

J’ai obtenu le collier adaptateur pour montage Pulsar PSP50 pour tester les deux modules thermiques Pulsar. Il est construit dans un alliage d’aluminium léger et propose un réglage manuel x;y du module une fois monté. Cela assure l’obtention d’une vision optimale du centre de l’écran et aucun des autres montages pour module ne proposait cette fonctionnalité. Vous trouverez également une série de colliers inserts pour utiliser une variété de diamètres extérieurs, selon votre lunette de jour. Le détachement rapide est très robuste et simple à utiliser mais ne permet pas de desserrage.

L’utilisation des colliers inserts rend quelque peu fastidieux le montage et le démontage du module thermique, à moins que vous ne les mainteniez avec du scotch double face.

Étalonnage

Vous étalonnez le module en appuyant sur le bouton Menu pendant 10 secondes. Après cela il est possible de déplacer l’écran pour que le réticule de la lunette de jour corresponde avec le point d’impact sur votre écran. Contrairement aux autres appareils thermiques Pulsar, vous ne disposez pas du soutien du mode généralement apprécié “freeze mode” durant cette opération, je vous suggère donc de bien fixer votre fusil avant d’effectuer l’étalonnage.

Logiciel

J’ai testé la version 4.7.000 de l’OS du module. Pulsar utilise un menu circulaire très commode pour l’interaction, la navigation est extrêmement simple, et toutes les options étaient toujours parfaitement visibles dans la lunette.

Le Krypton se connecte à l’application mobile Pulsar Stream Vision comme toutes les autres optiques Pulsar en utilisant une connexion WiFi.
L’application propose la diffusion de l’image directement sur votre téléphone, le téléchargement de photos et vidéos et la mise à jour éventuelle du logiciel de votre module.

Batterie

L’optique utilise le pack batterie IPS7 Pulsar et délivre assez d’énergie pour un usage continu de 8 à 11 heures sans utilisation du WiFi. Vous pouvez remplacer le pack batterie par un pleinement chargé sur le terrain, ou le recharger en utilisant n’importe quelle batterie externe à l’aide d’un câble branché sur le port micro-USB.

Extra

Le Krypton est accompagné d’un monoculaire rapidement détachable, pratique puisqu’il peut également servir à l’observation. Je l’ai utilisé pendant que je testais les fonctionnalités logicielles, puisque c’était légèrement plus simple que de me déplacer avec une lunette de tir complète, et ça a fonctionné à merveille. Je l’ai également testé sur le terrain pour observer et il est possible de garder le montage en place, en utilisant alors l’oculaire, pour permettre un montage rapide sur la lunette lorsque vous voyez quelque chose d’intéressant – une possibilité plutôt géniale.

Évaluation

C’est un sacré outil et de loin le meilleur thermique avec la meilleure autonomie du test. Vous obtenez une lunette haut de gamme robuste et pratique en ajoutant un poids total de 760 g avec un anneau de montage PSP50 et une batterie IPS7 pour être paré au combat. La combinaison de l’immense objectif de 50 mm, d’un champ de vision étroit et de la haute résolution du capteur offre des opportunités parfaites pour détecter le gibier à de grandes distances et pour délivrer des tirs en toute sécurité, mais réduit légèrement la vision d’ensemble sur des distances plus courtes.

  • Oculaire à démontage rapide
  • Durée de fonctionnement réellement longue
  • Réglage méchanique de l’alignement une fois monté
  • Sensibilité thermique extrêmement élevée, également pour l’observation
  • Grande distance de détection pour un module à clip et une image excellente

❌ Lourd et assez massif


PULSAR PROTON FXQ30

Proton FXQ30 est le dernier module thermique poids léger de Pulsar, sorti en avril 2021, au moment où cet article va surprendre nos lecteurs. Voyez le Proton comme le fringant petit frère du module Krypton à un prix moindre, plus petit et avec un facteur de forme moindre, plus léger, une sensibilité thermique et une portée moindres mais comprenant néanmoins le jeu complet de fonctionnalités de la marque Pulsar. C’est à peu près la même relation qui lie les modèles d’optiques thermiques Pulsar Axion à ceux de la série Helion.



Boîtier

Le Proton voit une batterie APS5 prendre toute la longueur de son corps et montée au-dessus de l’objectif et de l’écran. Ceci lui donne donne un aspect grand plutôt qu’arrondi et rappelle quelque peu le design de la série d’optiques Axion (excepté que chez ces derniers, la batterie se trouve au bas de l’appareil). Le côté droit comporte le port USB-C pour la charge et le transfert de données. Le côté gauche comporte une roulette de menu avec un bouton poussoir au milieu pour naviguer dans le menu, ainsi qu’un bouton de mise en veille et un pour l’enregistrement de photos et vidéos. La roulette de menu fonctionne à peu près comme sur l’optique Pulsar Digex et c’est un plaisir de l’utiliser !

Objectif

Pulsar utilise un objectif de focale F30/1.2, ce qui donne un champ de vision horizontal de 21,8 m à une distance de 100 m. Ceci offre une vue d’ensemble optimale. Le réglage manuel de la mise au point a été abandonné pour une amélioration des petits détails et la focale fixe s’explique par la volonté de maintenir l’optique aussi légère et bon marché que possible. En outre, vous ne tireriez pas un grand bénéfice d’une mise au point manuelle avec un capteur 17 μm et un objectif de 30 mm. À peu près la même raison pour laquelle vous constaterez le même choix dans l’Axion XM22 KEY.

Capteur

Le Proton embarque un capteur de résolution 384 × 288 et d’un pas de pixel de 17μm, avec une sensibilité thermique vraisemblablement de milieu de gamme.

Écran

Le module a un écran couleur AMOLED 1024 × 768 pixels et affiche des détails bien nets.

Montage

J’ai testé le Proton FXQ30 avec le collier de montage PSP50 de Pulsar, le même que pour le Krypton – voir les détails dans ce test. L’oculaire du Krypton va bien avec le Proton également, afin de l’augmenter comme une lunette thermique et Pulsar fait référence à cette combinaison comme le Proton XQ. L’oculaire peut être attaché et détaché tant que le montage PSP50 est verrouillé sur le module, ce qui rend facile de passer de l’observation classique à la vision thermique, mais ce n’est pas la combinaison la plus commode pour tenir dans votre poche.

Étalonnage

Vous entrez dans le menu d’étalonnage en maintenant le bouton de la molette pendant dix secondes. Après cela l’écran peut être centré pour faire correspondre le point d’impact. Contrairement aux autres produits Pulsar, celui-ci ne propose pas de “freeze mode” durant l’étalonnage, il faut donc fixer soigneusement le fusil avant de gâcher le réglage de l’écran. Souvenez-vous également que le montage PSP50 est compatible avec le réglage manuel du centre de l’écran (même si cette tâche n’est pas aisée), donc cette option logicielle peut être réservée à une mise au point précise ou si vous doutez du réglage manuel.

Logiciel

Pulsars utilise un menu circulaire très commode pour l’interaction, il est extrêmement facile de naviguer avec le bouton de la molette et toutes les options étaient toujours parfaitement visibles dans la lunette. Il diffère légèrement du système de menu du Krypton, car l’écran couleur propose une aide pour le changement entre les modes de couleurs normaux, comme le rouge ou l’arc-en-ciel. En outre, le bouton de la molette sur le côté est parfaitement situé pour le système de menu circulaire et accélère en général votre sélection de menu et la précision de vos gestes. Un super ajout !

Tout comme son grand frèrele Krypton, le Proton se connecte à l’application Stream Vision via WiFi et offre la diffusion directement sur votre téléphone, le téléchargement de photos et de vidéos, la mise à jour du logiciel.

Batterie

Le Proton est fourni avec deux batteries APS5, qui offrent une autonomie de six heures chacune sans le WiFi activé. Vous pouvez aisément remplacer une batterie par une pleinement chargée dans l’obscurité totale, ce que j’ai fait de nombreuses fois lors de chasses avec des appareils Axion ou Thermion.

Le port USB-C permet une charge depuis n’importe quelle batterie externe standard pendant le fonctionnement, si vous oubliez d’emmener une batterie de secours.

Les batteries APS5 supportent la charge rapide (plutôt agréable) par le biais du chargeur fourni ou d’un chargeur similaire par liaison USB-C.

Évaluation

Un module thermique extrêmement pratique avec un facteur de forme réduit et légèrement différent. Toutes les pièces du design ont été mises à jour et rappellent les modèles Axion. Le seul bémol est l’absence de mise au point manuelle. L’optique est clairement dédiée au tir à courte distance.

  • Un poids moindre et le plus petit facteur de forme du test
  • Les 2 batteries APS5 délivrent une grande autonomie, et le remplacement de batterie à chaud sur le terrain est aisé
  • Bouton de la molette rapide et précis pour l’interaction avec le menu
  • Connexion USB-C pour charge rapide et transfert de fichiers

❌ Absence de mise au point manuelle

Conclusion

J’ai donné mon évaluation personnelle de chacunes des optiques dand le test, en montrant les bons et les mauvais points que j’ai rencontrés.

Le Pulsar Krypton FXG50 sort gagnant avec un capteur de haute résolution et fera un appareil fiable également sur de grandes distances pour une nuit complète de protection des cultures ou des agneaux. La comparaison avec les autres modules pourrait sembler un peu injuste, étant donné la double résolution du capteur, mais c’est vraiment mon module favori jusqu’ici.


Concernant le Pulsar Proton je souhaite cependant souligner son prix très bas, son design innovant et son facteur de forme réduit.