fr
en

Deutschland

Italia

España

United Kingdom

United States

中国

Lietuva

Россия

Test TFB : Monoculaire thermique Pulsar Helion 2 XP50

(Test réalisé par TFB – The Firearm Blog)

Le Pulsar Helion 2 XP50 est un monoculaire thermique haut de gamme de Pulsar.

Au fil du temps nous avons testé la plupart des monoculaires Pulsar, de l’entrée de gamme Axion XM30S aux milieux de gamme XQ38 et XQ38 LRF. Si vous êtes intéressés par une imagerie thermique de haute quatité et que votre budget n’est pas restreint, c’est l’un des appareils que vous devez absolument prendre en compte.

Ce type de monoculaires peut servir de jour comme de nuit, et il est très efficace. En clair, il est impossible de se cacher. L’Helion 2 peut détecter une silhouette humaine (1,8 × 0,5 m) jusqu’à 1800 mètres. Veuillez noter qu’il ne peut être utilisé en tant que lunette de visée, il est conçu pour rester dans votre main ou pour être monté sur un trépied pour l’observation et le repérage.

Première impression & description

Tout d’abord, l’Helion 2 XP50 s’est révélé beaucoup plus petit que ce qu’il semblait en photo – du moins bien plus fin. Il reste le plus volumineux des monoculaires Pulsar, mais j’ai pu le garder dans la poche extérieure de ma veste sans problème. Ses dimensions : 235 × 55 × 58 mm pour un poids de 500 grammes, mais il semble bien plus léger. Les boutons sont agréables au toucher et recouverts de ce que je suppose être du caoutchouc. Le bouton on-off est bleu.

Au cœur de tout appareil thermique se trouve son capteur. L’Helion 2 XP50 embarque un capteur micro-bolométrique 640×480 pixels, avec un pas de pixel de 17 μm et une fréquence de 50 Hz. Le NETD (Noise-Equivalent Temperature Difference) est inférieur à 40 mK, et plus cette valeur est faible, mieux c’est. Le NETD est généralement exprimé en millikelvins (mK).

Cette valeur est obtenue en laboratoire dans des conditions idéales.

Ci-dessous: le chevreuil à travers Helion 2 XP50. Hiver, + 2C, venteux. La distance est de 30 à 40 mètres. Picture in Picture fonctionne très bien. Il a été dérangé par mon existence et est finalement parti. Notez les branches qui créent un sentiment de profondeur, et ce sentiment est beaucoup plus grand en réalité.

Le grossissement va de 2.5 à 20× (zoom optique 8×). Concernant les appareils thermiques, je recommande de chercher une unité avec le plus faible grossissement possible, c’est ce que j’utilise le plus. Un grossissement élévé ne donne pas automatiquement une image de qualité. Malheureusement, cela a un prix, celui du Helion dont nous parlons ici ou des jumelles thermiques Pulsar Accolade 2 LRF XP50.

Il est toujours assez délicat de décrire ce type d’appareils. Certains voudront connaître toutes les caractéristiques techniques avec un seul chiffre. Quelques lecteurs n’ont que faire de ces chiffres et voudront seulement savoir si l’appareil est facile d’utilisation et si la qualité de l’image est réellement élevée. En fait, je peux vous assurer que la qualité de l’image est vraiment exceptionnelle. C’est l’une des meilleures que j’aie jamais vues. Dans la plupart des conditions, vous obtenez une très haute définition du décor et de la cible (je suppose ici que nous observons ou chassons et que vous essayez de trouver et d’identifier des animaux).

Il y a huit palettes de couleurs pour l’observation, avec la fonction Image Detail Boost. Également présents, quatre pré-réglages selon l’environnement dans lequel vous vous trouvez : forêt, rochers, identification et “utilisateur”, qui vous permet d’optimiser l’image vous-même. L’interface est intuitive, bien que je fasse encore parfois quelques erreurs idiotes et utilise le mauvais bouton. Est-ce l’appareil ou moi qu’il faut blâmer ?

Le firmware peut être mis à jour, donc si Pulsar intègre des fonctions améliorées vous pourrez en profiter à l’avenir. Traditionnellement, certaines de ces mises à jour sont assez importantes. Vous pouvez également vous connecter à l’application de Pulsar via Wi-Fi ou par USB pour télécharger les médias que vous avez enregistrés.

Ci-dessous : Voici un exemple dans lequel le noir chaud fonctionne le mieux puisqu’il affiche le décor. Il y a bien une raison pour laquelle vous disposez d’un choix de couleurs. S’ils étaient tous le meilleur dans toutes les conditions, les palettes de couleurs ne seraient pas nécessaires. Remarquez le “point chaud” sur le sol, là où l’animal a dû se reposer un moment.

Dans le coffret de votre Helion 2 XP50, vous trouverez un pack batterie IPS7 avec un chargeur de batterie, un câble USB, une notice de démarrage rapide et la carte de garantie. Vous trouverez également une dragonne, qui est très confortable. La housse de transport est assez pratique et protègera votre appareil.

Voici ce que vous voyez. Si vous avez de la chance. Elle sait que vous êtes là, mais vous pas vraiment, à moins d’utiliser la vision thermique. Le soleil vient de se coucher. C’est l’hiver, il commence à faire nuit, vous manquez de luminosité. La photo a été prise par un iPhone, à environ 25 mètres.

Voici ce que voit l’Helion 2 à 2,5×. Vous ne pouvez pas la manquer.

À 5×, en mode forêt. Notez que malgré des conditions peu avantageuses, elles ne sont pas mauvaises pour la vision thermique.

La beauté. Cela a pris quelques heures pour “se fondre dans le décor”, la traquer et réussir à l’approcher de si près. Le staff TFB travaille dur pour obtenir la meilleure qualité pour ses critiques.

L’Helion 2 XP50 dit au hasard : trois. Mr. Chevreuil a laissé les dames. Comparez avec la pompe et le seau en métal. Grossissement 2.5 ×.

Et en rouge chaud, à partir d’une vidéo. Il est possible quele seul le “blanc chaud” vous plaise mais les palettes couleurs peuvent aider à supprimer les “yeux rouges” dans des conditions de grande obscurité. Notez que la prise d’images à partir d’une vidéo réduira la qualité.

La lentille standard de l’objectif a une focale F50/1,2, mais elle est interchangeable sur l’Helion 2, L’appareil offre un grossissement de 2,5 à 20× et une détection jusqu’à 1800 m. Il dispose d’une baïonnette à montage rapide et est étanche.

Si vous le souhaitez, vous pouvez changer l’objectf pour un 38 mm ou même pour un 28 mm pour avoir un champ de vision plus large, mais au détriment de la distance de détection et du grossissement.

Par exemple : la lentille de focale F28/1,2 offre un grossissement compris entre 1,4 et 11,2× et une distance de détection jusqu’à 1000 m. Elle est étanche comme le reste de l’appareil.

Ici ce que vous verrez si vous retirez la lentille.

Où est-il fabriqué ? Il est fait en Europe, en Lituanie.

Toutes les photos et vidéos thermiques dans cet article ont été prises avec l’enregistreur photo et vidéo intégré, extrêmement simple à utiliser. Lancez l’enregistrement et cadrez. Vous avez une mémoire interne de 16 GB, autrement dit une immense quantité d’heures de vidéo qui peuvent être téléchargées via WiFi ou par câble USB afin d’être partagées.

Ci-dessous : Vous ne pouvez pas observer ce chevreuil sans vision thermique. Il est à environ 40 mètres.

Conclusion

Ce que je préfère dans l’Helion 2 XP50, ce sont sa qualité d’image, son large champ de vision (2,5×), la fonction Picture-In-Picture et la possibilité de prendre des photos et de les enregistrer. L’Helion est assez grand mais tient dans une poche.

J’ai pu profiter de l’Helion 2 XP50 pendant environ deux mois et il a fonctionné à merveille, maintenant je dois le renvoyer à Pulsar et il va me manquer. On s’habitue facilement à la haute qualité. Mes amis me l’ont emprunté pour des exercices de chasse variés et j’ai intégré leurs retours dans cette critique. C’est l’hiver avec une combinaison de pluie, de nuages, de brouillard, de neige et de très rares éclaircies, des conditions difficiles pour le thermique. Le capteur thermique “déteste” l’eau et l’humidité dans l’air, pourtant les performances ont été au rendez-vous, des performances que les XM30S et XQ38s n’auraient jamais pu atteindre. Je n’ai vraiment eu aucun problème avec quoique ce soit. Il suffit de charger la batterie et de sortir l’utiliser. L’appareil n’a jamais “freezé” ni nécessité un redémarrage.

Toutes les photos sont celles d’animaux sauvages, il n’y a pas de barrières !

Ci-dessous : Bien que ces sources de chaleur soient à environ 7-800 mètres, la chaleur peut être détectée au-delà de 2000 mètres. On voit quelques personnes et un chien à environ 600 mètres, en bas à droite. Ce n’est peut-être pas évident sur une photo instantanée, mais vous les verrez immédiatement dès lors qu’ils seront en mouvement.