fr

Deutschland

Italia

España

United Kingdom

United States

中国

Lietuva

Article TFB : Pulsar KRYPTON FXG50 – Le module de vision thermique ultime ?

Cet article a été publié avec l’aimable permission du site TFB

Si vous demandez à quelqu’un quel genre de cadeau magique il aimerait obtenir s’il avait seulement un vœu, il vous répondrait qu’il aimerait voler comme un oiseau ou pouvoir respirer sous l’eau. Un autre vous dirait qu’il aimerait jouer de la guitare électrique comme Yngwie Malmsteen, peindre comme Michelangelo ou avoir les capacités de réflexion d’Albert Einstein. Très peu diraient qu’ils veulent devenir invisible ou capables de voir dans le noir total. Nous savons vous et moi que ces vœux sont irréalisables. Ou peut-être qu’ils sont réalisables ? Pulsar peut en fait vous aider pour ces derniers souhaits, et les a mis à la portée de nombreux consommateurs. Leur dernière création, le Pulsar Krypton FXG50, est un module frontal à clipser à l’avant d’une lunette de visée que vous possédez déjà.

Ci-dessous : Le Schmidt & Bender 5-45×56 PMII n’est pas le partenaire idéal d’un module thermique du fait de son zoom minimum de 5×, mais l’association fonctionne.

Test du Pulsar Krypton FXG50

TFB avait déjà pu se procurer le Krypton FXG50 à la fin de l’été dernier (2020), notre test a donc été très étendu, sur une période de plus de 8 mois. L’appareil est passé entre les mains de trois testeurs différents et pendant ce temps deux de mes amis ont également pu se procurer le leur et commencer à chasser avec activement. Nous avons également eu la possibilité de le comparer avec d’autres appareils thermiques Pulsar comme son petit frère le module Proton FXQ30 et le Thermion 2 XP50, la dernière lunette thermique vedette de Pulsar.

La batterie est externe, vous pouvez donc en acheter une plus grande pour avoir plus d’énergie si vous le souhaitez. Le rail Picatinny n’est pas prévu pour le fixer à un fusil, mais probablement pour un autre accessoire à venir.

Vue d’ensemble

Au cœur du Pulsar Krypton FXG50 se trouve un nouveau capteur 640×480 @ 12 µm fabriqué aux USA par BAE Systems. Combiné à un objectif 50 mm/ f 1.2 et à un écran HD AMOLED, il peut détecter des objets jusqu’à 2300 mètres. Une autonomie jusqu’à 8 heures est annoncée pour les batteries IPS7, ce qui semble plutôt correct. Deux versions existent, un monoculaire pour l’observation et un autre avec un adaptateur pour votre lunette de jour.

Le Krypton FXG50 a un zoom optique fixe 1× et n’a pas de zoom numérique. Souvenez-vous que cet appareil est principalement conçu pour être fixé à l’avant de votre lunette de visée, afin que celle-ci regarde l’écran du Krypton. Cela signifie que si votre lunette de visée a un zoom minimum de 2×, c’est le minimum que vous verrez à l’écran. Pulsar ne recommande pas d’aller au-delà du zoom 6×, mais j’ai pu utiliser le zoom jusqu’à 10-12× et même plus dans certain cas. Ce n’est pas recommandé, mais ça marche.

Souvenez-vous juste qu’en augmentant le zoom de la lunette, vous diminuez la netteté de l’image puisque vous zoomez en fait sur les pixels de l’écran. Selon Pulsar, les modules frontaux comme le Krypton et le Proton sont extrêmement compliqués à produire, plus compliqués encore que les lunettes de visée. J’imagine que cela a à voir avec le fait de devoir maintenir la parallaxe à un minimum et d’avoir l’ensemble bien aligné et plat, afin d’éviter la moindre déviation du POI (point d’impact).

Qualité d’image

L’écran est seulement en noir & blanc, vous n’avez donc pas la palette full-color habituelle proposée par Pulsar sur les autres modèles. Vous ne pouvez donc utiliser que les modes blanc chaud ou noir chaud, mais ne soyez pas déçus. À mon avis, le blanc chaud est le mode qui offre les meilleurs détails d’un animal, et c’est le mode que les chasseurs utilisent presque exclusivement de toute façon. L’écran HD AMOLED offre une résolution de 1746×1000 et la qualité d’image est très bonne. Je pense que Pulsar a dû faire un choix entre un écran couleur de moins bonne qualité et l’écran qu’ils ont choisi ici.

Par une belle nuit, vous aurez l’impression de regarder une vidéo en noir et blanc de ce qui se trouve autour de vous dans l’obscurité. Relisez ça encore une fois car c’est bien cette qualité que vous aurez la plupart du temps. Une nuit sous mauvaises conditions, le capteur continuera de travaillera, mais avec le brouillard, la pluie ou d’autres choses affreuses dans l’air, ses performances diminueront inévitablement. Nous sommes sortis par des nuits froides et brumeuses et pouvions encore voir les détails d’un sanglier.

Premier essai – Faire connaissance avec le Krypton FXG50

J’ai eu la possibilité d’aller sur un stand de tir avec des cibles en acier de 300 à 1200 mètres de distance. Je venais de monter le S&B 3-21×50 EXOS sur le Ruger et comme c’était ma toute première fois avec un réticule MOA, il était assez délicat d’obtenir la bonne balistique, c’est le moins que l’on puisse dire. J’ai étalonné le S&B à 300 mètres et ai fait quelques essais à environ 500-600 mètres. Les munitions GGG .308 Win (168 gr HBPT) font un travail incroyable. Il y avait un fort vent de travers, donc au-delà de 300 mètres, il fallait compenser. J’ai donc mis en route le Pulsar Krypton FXG50 pour la première fois “en vrai” et ai commencé à faire les réglages nécessaires. Il faut régler l’oculaire, parfois la parallaxe et aussi faire la mise au point sur la lunette elle-même, et faire tout cela “sur le terrain” à +7 C° n’est pas recommandé. Comme la température était déjà stabilisée depuis longtemps, toutes les cibles en acier étaient à la même température que les environs. Ce sont de mauvaises conditions pour les lunettes thermiques qui préfèrent la chaleur, ou du moins un écart de température entre les objets. Je venais tout juste de finir de me préparer que le soleil est sorti d’à travers les nuages, bien évidemment directement dans mes yeux ! Je réussissais encore mes tirs à 300 et à 500 mètres avec le module thermique. Oui, les lunettes thermiques fonctionnent bien, également en journée.

Pulsar Krypton FXG50: Un œil dans le ciel

Comment tire le module Krypton FXG50 ? La chose la plus importante – Est-ce qu’il tient le zéro ?

Donc, la qualité d’image est superbe, mais comment se passe le tir avec le Krypton FXG50 ? Pour répondre simplement, il tire tout aussi bien que votre lunette de visée principale. Tout au long de notre test il a réalisé de belles performances et nous n’avons eu AUCUN problème de déviation du point d’impact. Je vois déjà les commentaires disant que ça n’est pas possible pour de nombreuses raisons, c’est pour cela que j’ai attendu autant de temps avant de rédiger cette critique.

Ci-dessous : Nous avons utilisé les cibles thermiques d’étalonnage fournies par Pulsar. Elles ont fonctionné à merveille.

Dans la chasse il faut faire confiance envers votre système. Nous avons testé le Krypton sur 8 plateformes différente.

Ci-dessous: J’ai réussi des tirs acceptables à 300 mètres, puis je me suis replacé à 100 mètres pour tirer 3 tirs sur un pad thermique. Ce sont trois cartouches de 6.5 Creedmoor tirées par un AR10. Honnêtement, c’est probablement le meilleur groupe de tirs que j’ai jamais réalisé avec ce fusil, et pourtant avec le module frontal thermique à l’avant du Schmidt & Bender 3-27×56 PMII.

Les trois premiers tirs étaient à 300 mètres. Le premier tir est un 9, mais les deux suivant sont des 10/10.

Autre chose qui va bien à 300 mètres. Garanti sub-MOA ou très proche. Un JP PSC-12 (AR10) de calibre 6.5 Creedmoor et des munitions Sellier & Bellot. Je ne recommande pas vraiment à quiconque de chasser à ces distances, mais j’aime repousser les limites avec mes cibles de tir pour voir de quoi mon système est capable.

Ci-dessous vous voyez à quoi ressemble la cible depuis Pulsar Krypton FXG50 à 300 mètres. C’est la signature thermique d’une fine couche de vernis (noir) sur une feuille de papier en hiver, donc pas vraiment la meilleure opportunité. Pourtant, les tirs étaient là encore acceptables.

Provoquer le Krypton FXG50

Juste pour nous rassurer, nous avons fait de notre mieux pour provoquer le Krypton FXG50 en le sortant de sa zone de confort. Nous voulions voir comment il fonctionne réellement au-delà des douces paroles commerciales. Dans ce test nous avons utilisé et testé pas moins de trois Krypton distincts. Nous avons réquisitionné plusieurs tireurs et plusieurs plate-formes.  Nous avons également utilisé une petite chaufferette ou un pad thermique de Pulsar à 100 mètres pour servir de cibles.

Ci-dessous : Il était compliqué de prendre une photo représentative de la vue du tireur, mais le point blanc est une cible à 100 mètres. La lunette est un Schmidt & Bender 3-27×56 PMII avec le Pulsar Krypton FXG50 en module frontal. Je pense que le zoom est réglé sur 3× sur le S&B et le réticule n’est pas éclairé ici.

Nous avons tiré 2 cartouches et avons retiré le Krypton de la lunette, l’avons remonté avec un léger décalage pour tirer à nouveau, et nous avons répété l’opération dans toutes les directions. À notre surprise les tirs étaient tous acceptables. Chaque carré mesure 1×1 cm et il y a 6 trous dans la feuille de papier (dont deux l’un dans l’autre).

Est-ce que le Krypton peut tomber si vous tirez avec de gros calibres des tirs avec un semi-automatique rapide ? Oui, il peut tomber, si vous le fixez mal en l’attachant sur le fusil. Si vous le montez correctement, vous devriez être tranquille.

Ci-dessous : Même lorsque j’ai forcé le Krypton avec une déviation vers le bas, il a touché la cible. Suivez le réticule de la lunette de visée principale. Je ne pense pas qu’un tireur ou un chasseur s’apprêterait à tirer avec le module monté de cette façon, mais il pourrait. Cependant, nous vous recommandons de suivre les instructions de Pulsar dans le manuel.

Bien que le parasol supplémentaire et la bande camouflage ont l’air de bien aller avec la caméra, vous devriez éviter cela pour plusieurs raisons. Le parasol et la bande doivent s’en sortir par eux-mêmes lors du recul puisqu’ils ne sont pas fixés à la lunette de visée et les commandes du Krypton FXG50 sont hors de portée de vos mains. Les commandes sont sur le haut de l’appareil, ce qui devrait être pratique autant pour les gauchers que pour les droitiers.

Un commentaire que j’ai vu sur de nombreux forums et sur Facebook dit que si vous installez un module sur votre lunette, celle-ci se pliera. Je n’ai trouvé aucune preuve à ce sujet.

Plate-formes utilisées pour le test

  • Ruger Precision Rifle .308 Win avec un Schmidt & Bender 3-21 EXOS.
  • JP Rifles PCS-12 6.5 Creedmoor avec un Schmidt & Bender 3-27 PMII
  • Browning BAR Match (FN AR) .308 Win avec un Schmidt & Bender 1.5-8×42 Stratos
  • Sauer 202 .300 Win Mag avec un Zeiss 2.5-10× ancien, mais en or
  • Tikka T3x TAC A1 6.5 Creedmoor avec un Schmidt & Bender 5-45×56 PMII
  • Fusil de chasse Remington 700

Rail Picatinny – Non, vous ne pouvez pas installer le Krypton sur un rail Picatinny. Je suis sûr que quelqu’un arrivera à le faire en créant une sorte d’adaptateur pour cela, mais à mon avis, ce n’est pas nécessaire. Utilisez seulement l’(les) adaptateur(s) qui va avec votre(vos) lunette(s) de visée. Je pense que le Krypton FXG50 a été développé principalement à destination de chasseurs européens, et la plupart d’entre eux n’a jamais vu le moindre centimètre d’un rail Picatinny.

Adaptateurs

Pour monter le Krypton vous utilisez des adaptateurs (pour 42 mm, 50 mm ou 55 mm) pour votre lunette de visée de jour, et ils fonctionnent très bien. Juste au moment où je tapais les dernières lignes de cette critique, Pulsar m’a dit que de nouveaux adaptateurs améliorés sont en passe de sortir, permettant d’obtenir une position précise du module et qu’ils utiliseront un montage baïonnette pour une permutation rapide entre différentes lunettes.

Pulsar a publié une très bonne vidéo pour montrer comment se déroule le processus de montage.

Calibration

Comme pour la plupart des appareils thermiques, le Krypton FXG50 a besoin d’être calibré de temps en temps, l’image freeze pendant un court instant et vous entendez un cliquetis. Vous obtenez un compte à rebours à l’écran pour vous empêcher de tirer à ce moment-là. Ce processus nivelle la température d’ambiance du microbolomètre et élimine les défauts de l’image. Si vous passez au mode de calibration manuelle, vous pourrez éviter le son, même s’il est très faible et ne devrait pas déranger un animal. J’utilisais uniquement la calibration automatique sur ma lunette.

Vidéos

Voici quelques vidéos pour afficher les performances du Pulsar Krypton FXG50. Comme vous pouvez le voir, l’enregistrement fonctionne vraiment bien et il y a 16GB d’espace de stockage. Notez que le réticule n’est pas affiché, puisque vous utilisez la lunette de visée principale pour cela.

Le monoculaire Pulsar 5×30 B

Si vous souhaitez utiliser le Krypton comme une lunette de visée thermique (monoculaire), vous pouvez. Idéalement, vous devez utiliser le monoculaire Pulsar 5×30 B Monocular, qui transforme l’appareil en un appareil d’observation avec un zoom 5×. Je n’ai pas essayé, mais en général, je préfère un zoom plus bas pour cela. À titre de comparaison, la caméra thermique Pulsar Axion XQ38 utilise un puissant zoom 4,5 ×, et j’aurais préféré moins. Le monoculaire ajoute également 167 grammes à l’unité, ce qui veut dire que votre lunette pèse en tout un peu plus de 0,7 kg. Vous pouvez utiliser le monoculaire même si l’adaptateur PSP est en place. La plupart du temps j’utilisais le Krypton comme un appareil de poche, mais ce n’est pas recommandé sur le long terme et il n’est pas conçu pour être ainsi utilisé. Là où je vis, je peux me promener avec quelque chose ressemblant à une caméra dans ma main, mais pas s’il est monté sur un fusil. Pour ceux qui cherchent un scanner thermique seulement, je vous conseillerais de vous tourner vers autre chose. À mon avis, la tâche principale du Krypton est d’être un module frontal, mais il peut être plus que ça si vous le voulez. Là encore, je ne l’ai pas essayé avec le monoculaire, donc peut-être ai-je manqué quelque chose ?

Conclusion

Dans de nombreux pays européens, il est illégal d’utiliser une lunette de visée thermique (i.e. lunette thermique avec un réticule intégré), mais puisque le Krypton est un module frontal et s’appuie sur le réticule de votre lunette de visée, il peut être utilisé légalement dans de nombreux endroits. Dans la plupart des cas, le prix est également plus bas, comparé à une lunette de visée thermique dédiée, ce qui le rend intéressant pour de nombreux chasseurs. Il est également possible de faire passer le Krypton d’un fusil à l’autre, ce qui a plusieurs avantages.

Avantages :

  • Une très bonne qualité d’image avec un capteur 640×480 pixels.
  • Fiabilité et tranquillité d’esprit : C’est votre lunette principale qui règle le zéro. Pas besoin de faire la mise au point du module thermique, mais si toutefois vous aviez un problème, il est possible de calibrer les coordonnées X&Y dans le logiciel.
  • Nous n’avons pas pu le forcer pour obtenir une déviation du point d’impact.
  • Une solution polyvalente si vous souhaitez déplacer la capacité thermique d’un fusil à l’autre.
  • Simple à monter et à démonter.
  • Batterie externe.
  • Simple d’utilisation et offre quand même de nombreux réglages aux utilisateurs avancés.
  • L’interface utilisateur (circulaire) est meilleure que la traditionnelle interface Pulsar (mon avis personnel, mais c’est une question de goût).
  • L’appareil est fabriqué en Europe, le capteur aux USA.

Inconvénients :

  • Couleur noir & blanc seulement, mais j’espère que ceci apprendra aux gens que le blanc chaud est le plus souvent la meilleure couleur pour la chasse.
  • L’addition d’un module thermique est un peu abstraite. Il vous faut comprendre que votre lunette de visée regarde un écran qui affiche une image thermique.
  • Ne fonctionne pas avec des lunettes de visée en-dessous de 42 mm.
  • Ajoute presque trop de poids à votre fusil.

À la fin de la journée, j’ai dû faire un choix entre le Krypton FXG50 et le Thermion 2 XP50. Les deux représentent un excellent choix, mais le Thermion 2 répond mieux à mes attentes. Cela ne veut évidemment pas dire que vous devez faire le même choix, car vos besoins sont différents des miens. J’ai pris beaucoup de plaisir avec le Krypton et il a fonctionné à merveille. J’espère que Pulsar me laissera le garder encore quelque temps afin que je puisse également essayer les nouveaux adaptateurs. Mes amis adorent leur Krypton et les utilisent tout le temps exclusivement pour la chasse au sanglier. Je suis encore étonné par le Krypton FXG50 quant à sa qualité d’image et à ses performances de visée en dehors de sa zone de confort. Nous n’avons pas pu démontrer qu’il y avait déviation de l’impact même quand nous l’avons monté avec négligence.