fr

Deutschland

Italia

España

United Kingdom

United States

中国

Lietuva

Jusqu’à quelle distance permet de voir un appareil à imagerie thermique ?

Matériel publié avec autorisation GUN-TEST.RU

Le réseau de distribution des appareils à imagerie thermique s’accroît chaque année : les composants et les appareils eux-mêmes s’améliorent tandis que leur coût baisse continuellement – il y a quelques années encore le prix d’une lunette de visée thermique avoisinait celui d’une voiture neuve. Aujourd’hui il est possible d’en obtenir une au prix d’un fusil importé de milieu de gamme.

Tous ces facteurs contribuent à favoriser l’accessibilité des appareils à imagerie thermique pour les chasseurs. Il est tentant d’avoir un appareil qui permet d’observer les animaux dans presque n’importe quelle condition de luminosité et de température.

La question la plus commune que se pose un acheteur est celle de la distance de détection. Il vous suffit de chercher dans le manuel utilisateur pour avoir la réponse. Mais ceci est plus compliqué qu’il n’y paraît.

Les fabricants donnent dans leurs caractéristiques la distance de détection technique (ou calculée) – en général pour un individu ou un animal d’une taille comprise entre 1,7 et 1,8 m, et dans des conditions d’observation presque idéales. Pour un capteur commun d’une résolution 384×288 pixels, la distance de détection technique est de 1 – 1,5 km, chaque fabricant donnant sa propre valeur calculée. Sur quels paramètres se basent-ils ?

La plupart des producteurs d’appareils à imagerie thermique considèrent qu’une cible a une taille convenable pour être détectée si l’image de cette cible apparaît à l’écran et qu’au moins deux pixels adjacents sont utilisés. L’observateur verra seulement un petit point lumineux sur l’écran.

Mais une telle image ne suffira pas à un chasseur pour identifier la cible avec certitude, ni pour prendre la décision de tirer. Nous nous souvenons tous de cette mesure de sécurité du chasseur : “Tirez seulement sur une cible clairement visible.” Cependant, à des fins utiles à la chasse, il est important de différencier les termes “distance de détection technique” et “distance d’identification maximale de la cible”. Si la première mesure est calculée et que sa valeur est donnée avec précision dans les caractéristiques techniques de l’appareil, la seconde quant à elle est plus qu’une estimation, car le moment auquel la cible est identifiée est différent pour chaque chasseur.

Pour illustrer ceci, menons une expérience avec le monoculaire à imagerie thermique de milieu de gamme Pulsar Axion XQ38. La distance d’identification maximale déclarée pour cet appareil est 1350 m.

Pulsar Axion XQ38

J’ai pris un cheval pour cible – son garrot est à une hauteur d’environ 1,7 – 1,8 m, i.e. la valeur exacte sur laquelle s’appuient les fabricants pour estimer la distance de détection. Une fois la limite atteinte, le cheval s’est tourné. J’ai choisi une palette neutre noir et blanc neutre. Toutes les distances ont été mesurées grâce à un télémètre laser.

Je n’ai pas utilisé le zoom numérique (grossissement) dans le test, seulement le zoom optique, qui est de 3,5× pour cet objectif. Le zoom numérique brouille la netteté de l’image et ne nous aide pas dans cette situation.

Le but de ce test était de déterminer la distance d’identification maximale de la cible en me basant sur mes propres impressions. Une autre personne pourrait avoir une opinion différente sur cette distance d’identification.

Ci-dessous des arrêts sur image aux distances respectives, la distance maximale est de 750 m.

Mon impression personnelle est la suivante : le cheval peut facilement être identifié jusqu’à une distance de 500 m. Au fur et à mesure que la distance augmente, on peut reconnaître un gros animal à quatre pattes, mais sans pouvoir déterminer l’espèce. À une distance de 750 m, la cible est déjà un “point” lumineux.

Par conséquent, la distance maximale pour une identification fiable est d’environ  500 – 600 m.

Une autre question que se posent de nombreux chasseurs est de savoir pourquoi les appareils à imagerie thermique avec des caractéristiques logicielles similaires (résolution, taille de pixel, sensibilité thermique NETD et fréquence) ont des caractéristiques différentes concernant la distance de détection technique de la cible ?

La distance de détection calculée (technique) est influencée par des facteurs externes (conditions atmosphériques, etc.), ainsi que par le design d’un appareil en particulier. Pour évaluer la distance de détection technique de la cible, les fabricants ne prennent généralement pas en compte les facteurs externes, mais considèrent seulement les capacités techniques de tous les composants de l’appareil. Très important : ce serait une erreur de se fier à la seule comparaison des caractéristiques de capteurs bolométriques, toutes les caractéristiques des composants principaux de l’appareil doivent être prises en compte, notamment :

  • Concernant l’objectif, deux paramètres principaux sont à prendre en compte – le grossissement optique et l’ouverture;
  • Bien sûr, la matrice elle-même – sa résolution, la sensibilité thermique (NETD), la fréquence. Pour la taille de pixel, les avis divergent. L’auteur est d’avis que plus il y a de pixels (si l’on compare les tailles de pixels les plus communes 12 microns et 17 microns), plus l’image est détaillée et nette. Cependant, comme susmentionné, les opinions divergent sur ce point.
  • L’algorithme de traitement du signal. Nous savons parfaitement que l’installation d’un nouveau firmware sur le même appareil avec un algorithme de traitement du signal plus pointu améliore la qualité de l’image. Pour cette raison, l’auteur recommande de toujours acheter des appareils à imagerie thermique offrant la possibilité de mises à jour futures à l’aide d’une application telle que Pulsar Stream Vision.
  • Et enfin, l’écran. De nombreuses personnes oublient que ce peut être le point faible d’un appareil à imagerie thermique. Il est possible de recevoir une grande quantité de rayonnement IR sur la matrice à travers une optique de grande ouverture et de traiter ce signal en utilisant un bon algorithme, mais le résultat ne sera tout simplement pas perceptible sur un écran de qualité inférieure.

Donc, lors de la comparaison d’appareils, même s’ils ont des capteurs identiques, la qualité de tous les éléments clés de l’appareil à imagerie thermique doit être prise en compte : l’objectif, l’écran et l’algorithme de traitement du signal.

Dans le but de s’assurer de la distance d’identification maximale d’un appareil spécifique, il vaut mieux le tester indépendamment dans les conditions du terrain, si possible. Les blogs vidéo de testeurs d’équipement d’imagerie technique peuvent être d’une aide précieuse.

Visionnez plus de vidéos de tests sur ma chaîne Youtube Gun Test (ru) et sur celle de mon partenaire Pulsarguru (ru), qui me prête des appareils d’imagerie thermique et d’autres équipements à tester.