fr

Deutschland

Italia

España

United Kingdom

United States

中国

Lietuva

Revue TFB: Jumelles Thermiques Accolade 2 LRF XP50 de Pulsar

Cet aperçu nous a été gracieusement fourni par TFB

Vous souvenez-vous quand les téléphones portables étaient devenus tellement populaires qu’on arrivait plus à suivre le lancement de nouveaux modèles à performances améliorées ? Il se peut que le monde de l’imagerie thermique serait en train de passer par l’Âge d’Or de façon semblable, ce qui pourrait être une bonne et une mauvaise nouvelle pour les consommateurs.

En revue: Jumelles thermiques Accolade 2 LRF XP50 de Pulsar. En réalité, d’un point de vue technique, ces jumelles-là sont plutôt bioculaires mais le modèle Accolade est équipé d’un seul capteur et de deux écrans.

L’avantage, c’est que de nouveaux dispositifs et fonctionnalités utiles deviennent disponibles régulièrement, souvent à un prix moins cher. Le problème, c’est que parfois on hésite à acheter en attendant les nouveautés. Ou alors, comme moi, vous attendez qu’ils rabaissent les prix. Et ainsi de suite en espérant qu’on fasse le bon choix au bon moment.

Cela fait des années que j’étais à la recherche de dispositifs de vision nocturne. Entre les gadgets abordables qui ne sont pas à la hauteur et ceux qui sont beaucoup trop chers mais par lesquels je me fais avoir, cela pose un dilemme. J’avais très envie de m’offrir quelque chose qui m’aiderait à améliorer ma maîtrise de la vision nocturne, ce que les appareils de bas de gamme n’ont pas pu faire. C’est souvent un problème de basse résolution et de taux de rafraîchissement faible.

Les jumelles Accolade 2 de Pulsar m’ont permis de saisir de très beaux moments en nature, ce qui n’aurait pas été possible sans cette technologie-là. On n’est pas non plus obligé d’être chasseur pour s’offrir une paire de jumelles comme celle-ci, mais avoir un passe-temps qui justifierait son prix, ça aide.

Quand la nuit tombe et que vos jumelles ordinaires ne vous servent plus à rien, ces jumelles-ci vous dévoileront tout ce qui se passe. Et il se passe beaucoup de choses dans la forêt et les champs lorsqu’il fait nuit ! Ce dispositif vous permettra de repérer n’importe quel animal, que ce soit une toute petite souris ou un daim qui se balade en forêt sans le moindre bruit. Vous aurez la chance d’observer le comportement animal comme jamais auparavant.

TFB reçoit l’un des premiers modèles

J’ai eu la chance de recevoir et de tester l’un des premiers modèles Accolade 2 LRF XP50 de Pulsar en Europe. Pour comparer ce modèle-là avec le modèle actuel (ancien), on m’a également offert le modèle Accolade LRF XP50 pour que je puisse les tester côte à côte. Une mise à niveau gratuite du firmware est actuellement disponible pour le vieux modèle Accolade. Comme le mien n’avait pas été mis à jour et qu’un testing à niveau égal était nécessaire, je l’ai laissé tel quel.

L’Accolade marche bien, mais l’Accolade 2 est nettement meilleur. Les deux se ressemblent en apparence, mais avec un peu de temps je saurai faire la différence rien qu’en observant la performance sur l’écran. Une différence considérable se trouve à l’intérieur et non à l’extérieur de l’appareil.

Dans l’ensemble, le modèle Accolade est plus petit en taille que mes jumelles ordinaires. Les jumelles Accolade ont un extérieur en polymère et en caoutchouc et ont l’air très robustes.

Il semble que les jumelles Accolade puissent être immergées sans être endommagées. La norme d’étanchéité IPX7 garantit une immersion à 1 mètre de profondeur pendant 30 minutes maximum.

Ci-dessous : Si vous avez l’habitude d’utiliser des dispositifs à imagerie thermique, vous apprécierez le fait de pourvoir vous servir de vos deux yeux par rapport à une lunette de visée monoculaire. Les jumelles conviennent aux jeunes comme aux plus âgés avec de légers ajustements.

QUALITÉ D’IMAGE

Le capteur frontal fait [email protected]µm et possède un NETD <40 mK. Même si cela ne veut pas dire grand-chose pour la plupart des gens, ça assure une qualité d’image supérieure avec un écran AMOLED haute résolution de 640x480.

Avant tout, il faut comprendre à quoi servent ces appareils thermiques, ce qu’ils sont capables d’enregistrer et le genre d’information qu’ils fournissent. En gros, ils sont équipés d’un capteur qui enregistre les différences de température (thermique) de l’objet observé qui en suite s’affichent sur deux écrans intégrés. Plusieurs codes de logiciel vous permettent d’ajuster l’affichage des données.

Quand les températures s’égalisent après une journée d’averses, le capteur saura détecter la moindre variation de température. Dans les conditions idéales, vous verrez moins de différence entre le vieux and le nouveau modèle.

Par une journée ensoleillée, la différence n’est pas aussi évidente par rapport à un modèle plus ancien. Mais quand les choses se corsent, les durs s’y mettent et c’est là que les nouveaux dispositifs font la différence. J’ai fait une comparaison rapide avec le modèle Axion XM30S de poche pour le prouver : ça fonctionne assez bien mais ne vaut pas beaucoup en fin de journée brumeuse. Le nouvel objectif thermique Axion XQ38 de Pulsar et plus puissant que le XM30S et possède plus de potentiel.

Ci-dessous : La courroie est confortable à porter et les appareils Accolade sont légers à transporter.

Le zoom numérique est variable de 2.5x à 20x avec une portée de détection de 1800 mètres. Il est très probable que le zoom minimum suffise largement, d’autant plus que le champ de vision est plus important.

Un télémètre laser est également intégré.
Puisque qu’on ne perçoit pas la profondeur aussi bien qu’avec des jumelles ordinaires, pouvoir cibler l’objet observé par laser afin de mieux interpréter la distance est très pratique. Une portée de 1000 mètres est bien suffisante pour un appareil à imagerie thermique.

Oui, le télémètre laser fonctionne dans presque tous les cas. Il m’est déjà arrivé d’avoir à cibler plusieurs fois afin de mesurer la distance, même si c’était plus une question de tenir l’appareil immobile sans appui.

Le furieux élan (Alces d’Europe)

Voici une anecdote qu’il me faut partager. J’avais aperçu un élan au bord de la route. J’ai sorti mes jumelles Accolade 2 et je me suis mis à enregistrer pour cette revue. Petit à petit, je me suis rapproché d’une distance de 40 mètres. Regardant à travers des jumelles, on ne se sent pas tellement en danger. Avant que je m’en rende compte, le télémètre affichait 11 mètres ou 35 pieds de longueur (près de 8 pieds pour un élan).

Malheureusement, je n’ai pas pu saisir le moment où elle en a eu marre et s’est mise à me courir après – mais moi, j’avais d’autres idées.

Quand j’ai raconté tout ça à des amis, j’ai appris qu’un homme soupçonné du meurtre de sa femme avait été emprisonné pendant très longtemps. Suite à une enquête avec échantillonnage d’ADN, la police a découvert qu’elle avait été tuée par un élan. Elle était couverte d’ADN d’élan.

J’espère que cette histoire vous fera apprécier toutes ces photos et ces vidéos et vous fera comprendre ce que nous sommes prêts à faire ici chez TFB pour les obtenir.

Dessous : 11 mètres d’un élan. Elle s’énerve et je me mets à courir à l’abri…

Dessous : Temps de s’enfuir, mais ces oreilles sont toujours droites.

À 30 mètres, elle cachait son bébé élan derrière un arbre. Même si c’était en plein jour, il était impossible de les apercevoir sans appareil thermique. Vous les voyez, vous ?

Ci-dessous : Image thermique de la photo du dessus, élargissements variables. L’élan avec le bébé par terre.

Encore une fois le courageux et furieux élan qui mange nos pommes un mois après.

Remarquez les oreilles –  je ne vous le conseille pas mais moi je me trouvais pas loin d’un abri.

Une fois j’ai traqué un daim dans un pré. En suite j’ai repéré un blaireau à 91 mètres qui s’est mis à avancer directement vers moi. Je l’ai ciblé à environ 13 mètres. J’ai eu assez peur quand je l’ai vu se rapprocher un peu trop près alors je l’ai fait fuir. Vidéo ici.

Ci-dessous : Wi-Fi intégré avec possibilité de connecter à des appareils iOS et Android. Personnellement, je ne m’en sers pas et je préfère le câble. Cela dit, c’est la seule façon de voir et partager vos films et vos photos dans le monde de l’imagerie thermique.

Enregistreur photo et vidéos intégré

Toutes images et vidéos inclues dans cet article ont été enregistrées avec l’enregistreur intégré qui est extrêmement facile à utiliser. Une mémoire interne de 16 GB vous permet de filmer des vidéos pendant des heures et vous donne la possibilité de les télécharger via le Wi-Fi ou par câble et de les partager.

Caractéristiques Techniques – ACCOLADE 2 LRF XP50

– Capteur à sensibilité plus élevée avec un NETD <40mK assure une imagerie thermique haute résolution même dans les conditions météorologiques les plus extrêmes, comme la pluie or le brouillard.

– Télémètre laser intégré avec une portée d’ 1 kilomètre.

– Détection longue distance de 1800 mètres dans l’obscurité totale.

– Technologie image Boost.

– Écran couleur AMOLED au contraste élevé.

– Enregistreur photo et vidéo intégré avec fonction Wi-Fi.

– Jusqu’à 9 heures d’autonomie avec pack de batterie IPS7 rechargeable y compris.

– Norme d’étanchéité IPX7.

Conclusion

Pulsar est confiant dans le fait que la nouvelle version d’un modèle est une réelle amélioration du précédent, et suite à mon test, je comprends pourquoi.

L’imagerie thermique (du moins pour les civils) ne s’est jamais aussi bien portée et n’a jamais été autant accessible qu’aujourd’hui. Les nouveautés, bien meilleures, coûtent moins que les anciens modèles. Mais ne mélangez surtout pas les mots abordable et bon marché.

Après avoir passé presque 3 mois avec deux unités Accolade, je ne peux formuler que très peu de reproches, ce qui est frustrant pour un critique, mais positif pour le fabricant et pour l’éventuel utilisateur final.

À une occasion, j’ai prêté mes Accolade 2 à un ami pour un “mini test” de 2 semaines. Je fais cela dès que c’est possible : soit pour confirmer et renforcer mes propres impressions, soit pour obtenir l’avis de mon ami sur des aspects que j’aurais pu oublier ou complètement manquer. C’est également une manière de balayer mes préjugés.

Nous sommes tombés d’accord : le ressenti tactile des boutons pourrait être un petit peu meilleur. Ce n’est pas vraiment dérangeant, mais lorsque le produit est proche du sans-faute, vous vous focalisez sur des détails et c’est une chose que nous aimerions voir améliorée par Pulsar dans la prochaine génération du produit.

Une autre remarque de sa part, une chose à laquelle j’ai dû m’habituer avant d’oublier, la molette de mise au point. Elle est juste un petit peu trop rigide. Comme elle sert beaucoup, il serait bon d’avoir un peu moins de résistance lors de sa rotation, ou de la faire plus grande pour donner à l’utilisateur plus de couple.

L’autonomie de la batterie est extra. Mais si vous partez chasser pour de très longues heures, voire jours, vous devrez la recharger ou emmener avec vous un pack batterie de secours. La batterie n’est pas interne, ce qui est une bonne chose.

Le prix est excessif pour une paire de jumelles que vous ne pouvez pas utiliser comme lunette de visée, mais il faut se souvenir que l’imagerie thermique peut se révéler utile dans beaucoup d’endroits. Les lunettes de visée thermiques sont également interdites dans de nombreux pays. À la chasse, certains préfèrent découvrir ou déblayer une zone avec un monoculaire ou des jumelles à vision thermique, avant d’utiliser une optique à vision nocturne numérique comme le Pulsar Digex.

En savoir plus sur le nouveau modèle Accolade 2 LRF Pro